Oh, la belle aventure de fin d’année : le 25 décembre au coeur d’ un foyer roumain !

Il y a quelques années, j’avais reçu Diana en colocation chez moi. Pour Noël elle m’a gentiment invitée dans sa famille à Radauti, ville située au nord du pays, dans la belle région de Bucovine. C’est sa Tata Sylvia ( l’élégante dame en costume traditionnel, ci-dessus) qui recevait. La jolie jeune fille au manteau rouge s’appelle Anna et c’est la cousine de Diana  (qui est à droite sur la photo) .

MES  CARTES POSTALES VIRTUELLES

Sylvia avait donc cuisiné toute la journée du 24 décembre afin de préparer les plats traditionnels orthodoxes du moment.

Sur la table: la Mamaliga (sorte de polenta),  des maquereaux, des poivrons farcis, des boulettes de viande et bien sur le Cozonac ( équivalent du panettone italien) puis d’autres bons plats , dont je ne me souviens plus le nom …

Le 24 au soir, le pope est venu sanctifier  ces agapes mais nous ne les avons dégustées que le lendemain, à midi !

Je n’apprendrai sans doute  à personne qu’il y a de magnifiques monastères en Bucovine. Ici, une photo de celui de « Dragomirna ». Caché derrière des fortifications immenses, c’est un de mes petits (!) préférés: pas de peintures extérieures ; il reste fier et sobre. Ses nombreux frères sont cependant tout aussi beaux, mais dans un autre style..voir ici

 

 En Roumanie, hormis les monastères, j’ai également rencontré des oeufs.
Très important, ces derniers, dans ce pays! Pâques aurait été une période plus favorable pour en parler, mais  tant pis, je manque de patience …

Ce symbole éminemment païen (de la renaissance de la nature) a ici été élevé au rang d’ art populaire majeur. Cette pratique a des dimensions tout à fait spéciales. On utilise des motifs géométriques ou folkloriques traditionnels tels l’épi, le soleil, la feuille ou la croix. Les œufs peints en Bucovine sont d’une beauté rare, voire unique en Roumanie.

Sur la photo nous retrouvons Diana, en compagnie de son oncle Andreï et de son frère Dorian.

Dans le rôle de l’oeuf, nous découvrons un monument en fibre de verre, de plus de 7 m de haut; situé à l’extérieur de la ville de Suceava.

  Autre tradition païenne: « Danse avec les ours » est une réalité en Roumanie du nord. Ici, les danseurs n’ont pas encore endossé leurs peaux, mais ça ne saurait tarder !

Tandis que le plantigrade hiberne, les hommes se déchaînent: flûtes, tambours  et cris gutturaux accompagnent ce rituel ancestral. L’événement est censé éloigner les mauvais esprits installés durant l’année…Et pendant ce temps, Messire Ursus dort tranquillement du sommeil du juste!

Mais tout  voyage ( snifff!) a une fin: nous voici  rendues à la case retour, à Bucarest. Ambiance plutôt frisquette sur la grand-ville : les petites mignonnes de la vitrine ne sont  pas très frileuses !

Allez, bientôt  2020 en France…

et bons baisers de Ginette !