Le Grand Confinement

Maintenant plusieurs semaines que nous sommes claquemurés chez nous, avec plus ou moins de « philosophie ».  Grands Sages  et intellectuels de tous poils s’échinent à nous convaincre des bienfaits du « rester cloitrer » . Pour autant, mauvais élèves que nous sommes,  la plupart d’entre nous ne pensent qu’à la récré…Certes nous pourrions découvrir ou redécouvrir les bienfaits de la méditation, de l’art thérapie, de la lecture, de la musique ou bien encore du bricolage, du jardinage, et autres « occupations vertueuses » ; certes. Pour ma part, rien n’y fait ou presque. Je dois avoir le sens de la contradiction : je ne pense qu’au jour où je vais pouvoir prendre la poudre d’escampette, la clé des champs, voire la tangente ou bien filer à l’anglaise ( ou même autrement, je deviens moins difficile…). Je suis également  et surtout tentée par un petit tour au ciné et  au salon de thé avec Paulette ou bien  Mumu, Gaston, Greg, Numa, Suzanne et même…Françoise (la voisine). En ces temps de disette de parlote,  je disserte certes avec Sido (ma minette), mais les conversations restent limitées et paradoxalement je trouve ma chatte très sérieuse !

Gaston y a l’téléfon qui son

 Ainsi, actuellement, qui l’eut cru,  je finis par trouver ma greffière barbante . La pauvre n’y peut rien et de son coté elle n’en pense peut-être pas moins… Les « effets confinement » sont vraiment sournois ! En ces temps pour le moins perturbés,  frustrée de conversations comme je le suis, j’use et j’abuse d’ une invention fantastique nommée TELEPHONE. C’est ainsi que je me suis vue déployer des trésors d’imagination et de mémoire afin de retrouver  copains et copines « d’avant »… Les plus lointains me paraissant bien sûr les plus exotiques. Certains, je l’avais oublié, n’engendrent vraiment pas la mélancolie : Dieu, que ça fait du bien de rire un bon coup !

Tonnerre de Brest !

 Le Roger est un peu rougne ces derniers temps: plus de « brèves de comptoir » et plus de « petit blanc sec » le matin ! Comme un malheur n’arrive jamais seul, il vient d’apprendre que, sans doute, le déconfinement se fera progressivement et par classe d’âge. Sur ce coup, il ne se sent pas très avantagé…Depuis quelques temps, il explore donc  une nouvelle piste, du coté des mesures dérogatoires au confinement. Celle de « l’autisme » lui parait  envisageable. Reste à trouver le médecin charitable qui pourra  lui rédiger une attestation, véritable sésame pour une peine quelque peu aménagée. Vive le 1er avril, même au téléphone !  wink

Sinon, et plus sérieusement (?) il me dit avoir beaucoup réfléchi à fabriquer  son masque lui-même. Je n’ai pas vu Roger depuis bien longtemps, mais aux dernières nouvelles, ce n’était pas à proprement parler une fine aiguille ; j’attends donc la suite avec impatience.  « Avec 3 francs, 6 sous, tu peux te protéger » m’argumente-t-il. Semblerait que la solution du « filtre à café » ait été retenue : sans doute  la nostalgie du « petit bar du coin »…

Prenons-en de la graine

La Rebecca, quant à elle, a les pouces verts. Durant « le Grand Confinement » son appartement est devenu le terrain d’expériences en « neurophytologie » ( ma copine a toujours été une intello…). « Les plantes sont incroyablement intelligentes » me dit-elle, au bout du fil . » Elles ont opté pour un mode de vie 100% sédentaire  et parallèlement appris à se défendre s’adapter, communiquer, s’épanouir et… manipuler les animaux ! » Fichtre (me dis-je),  un véritable exemple en ces temps d’enracinement intempestif. S’ensuivit un exposé fort… long: j ‘avais oublié combien Rebecca cultive (également) l’art de rendre les choses les plus passionnantes, ennuyeuses. Bref, petit à petit, mon interlocutrice en est  arrivée à évoquer les vertus d’un traitement par la  chloro…phylle. Un véritable trésor de bienfaits semble-t-il : un stimulant, un désinfectant, un détoxifiant, un cicatrisant, etc, etc. Vive les petites pastilles vertes, vous dis-je !

Et puis bonus, grâce à une jeune femme canadienne qui parle de tout ça avec enthousiasme .

Humour, toujours

Merveilleux  besoin de rire, souvent, et partout dans le monde. 

En Italie,  le gateau « Corona » a fait son apparition. « Les problèmes ne peuvent pas être résolus avec tristesse et peur. L’important est de suivre les instructions et de rester calme. Si nous mangeons une bonne glace entre-temps, cela ne peut certainement pas faire de mal«  explique le facétieux patissier de la ville de Crémone.

Oui, les blagues sont devenues vitales. Peut-être un jour remboursées par la sécurité sociale ? Pourquoi pas une petite suggestion pour le monde d’après ?!

                   LA MORALE DE L’HISTOIRE  c’est que le rire est le propre de l’homme.

                                                                                                                                              Rabelais

                  Et bonne confinuation à tous !

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *