Une tite

          Carte Postale ?

Blog d'une Tatie nomade qui aime la vie,  les gens et...les cartes postales

GINETTE …

…est une petite parigote  qui est née en 1944 à Issy les Moulineaux ; « Ici les petits moineaux » comme disent les gosses. Il faut dire que la gamine est plutôt gaie : un vrai pinson ! Elle est chouette aussi, et puis…elle chante souvent comme un merle : bref c‘est un drôle d’oiseau !
Son papa et sa maman travaillent aux usines Renault, sur l’ile Seguin, à Boulogne Billancourt.

Ginette a 2 grandes sœurs et un petit frère, puis surtout plein de copains et de copines avec qui jouer dans la rue, jusque tard le soir (parfois même sonner aux portes et partir en courant…wink).

Les années passent et elle devient demoiselle, on la place alors en « teinturerie ». Mais Ginette a d’autres rêves ! Comme elle aime danser et que c’est « un beau brin de fille », vers 18 ans, elle s’arrange pour faire du music-hall ; un peu de théâtre aussi. Elle a l’occasion de croiser Marcel Amont (il est, parait-il, très gentil) . C’est également l’époque où elle va voir Zizi Jeanmaire au théâtre de l’Alhambra …
Coté sport et plein air, elle n’est pas en reste. Elle suit le cyclisme d’assez près et préfère Anquetil à Poulidor. Ses copines sont très actives. L’une d’elles, Michèle, a été élue Miss Automobile en 1961 ; elles ont bien rigolé ! Sinon, elle va souvent à la piscine Molitor ; elle a un maillot de bain à petits carreaux ou à pois. Puis surtout, un jour, elle y rencontre Bernard : ce sera son Grand Amour, son « Canard » adoré, son « Canou » chéri pour la vie.

Ginette et Bernard se marient en 1963 et s’installent à Colombes. Ginette trouve alors un poste d’opératrice dans l’entreprise Analec, filiale de la compagnie du télégraphe sans fil. A cette époque elle va beaucoup au cinéma voir les films américains : elle adore Gary Cooper et Kirk Douglas. Lorsqu’elle a envie de rire, c’est plutôt Bourvil et Fernandel qui la comblent. Mais son « préféré secret » est un petit français : Jean-Paul Belmondo. Il fait un peu voyou…mais chut : ne le dites à personne !

Encore quelques années de plus et Ginette devient Tata ; elle n’aura hélas jamais d’enfants. Elle se console en tricotant force layettes et pull-over à ses nombreux neveux et nièces. Les 2 enfants de sa plus grande sœur sont ceux qu’elle voit le plus : lorsque François est né, elle lui a offert « Sophie » la girafe en latex. Quant à Murielle, grande lectrice, elle possède grâce à elle, la collection complète des « Fantômette ».
Ginette emmène souvent  Fanfan et Mumu à la foire du Trône du bois de Vincennes : à nous les Barbes à Papa, les montagnes russes et le train fantôme ! A la « Roue de la Chance » Ginette fait toujours merveille : poupées et nounours géants de toutes couleurs, s’entassent sur les banquettes.

Chaque été, Bernard et Ginette partent « à la mer » destination St Raphaël. Les copains sont au RV, les parties de boules, les soirées dansantes et surtout le soleil et les baignades. Ginette envoie des cartes postales, partout et beaucoup ; elle adore ça ! Elle fait profiter toute sa petite famille et les copains restés à Paris, qui écoutent Joe Dassin chanter « l’été Indien » à la radio…

En 1981, un évènement aura une incidence considérable dans la vie de Ginette : pour fêter leurs 50 ans d’existence, les magasins Prisunic organisent alors un grand jeu concours. Chanceuse comme elle se connait, Ginette participe.

Bingo ! Elle gagne le 2ème lot : un voyage pour deux aux Baléares ! C’est la première fois qu’elle prend l’avion : Ouahhh ! super de jouer les filles de l’air ! Elle se promet alors de beaucoup voyager, plus tard, avec Bernard, lorsqu’ils seront à la retraite….
Dans les faits, l’histoire ne se déroulera pas comme ça. En 1996, avec pas mal d’avance sur le programme,  Canou  s’envole en solo, au « Paradis des bons vivants ». Ginette achève vaillamment sa petite carrière professionnelle ; elle passe son permis de conduire et lorsque sonnent les soixante ans, elle file s’installer en Auvergne auprès de sa sœur ainée.
C’est un drôle d’oiseau Ginette, on vous l’avait dit. A présent, c’est certain, une nouvelle vie doit commencer.
Elle va ouvrir ses ailes et… VOYAGER.